nourriture

Episode 5 – Accepter de ne pas finir son assiette


Je vous parlais à l’épisode dernier de reconnaître la sensation de satiété. Souvent, elle peut arriver lorsqu’il reste encore de la nourriture dans notre assiette. Il faut alors accepter de ne pas finir son assiette, malgré les injonctions de notre société, l’impression de gaspiller de la nourriture …

Avant tout

Prenez un instant, avant de lire cet article, pour faire le point, avec votre carnet. Si vous avez entamé la démarche (manger en conscience, observer ses sensations…), vous pouvez réfléchir à :

  • tout ce que vous avez déjà accompli
  • ce que vous avez bien réussi
  • ce que vous avez moins bien réussi
  • comment vous auriez pu mieux y arriver.

Si vous avez écouté les épisodes précédents ou lu les articles, mais rien pu appliquer, ce n’est pas grave ! Cette démarche nécessite un peu de temps et d’énergie, et parfois ce n’est pas la bonne période. Pour moi, elle a pris des mois. Ne culpabilisez pas, soyez fier.e d’être encore là, et revenez plus tard si jamais ce n’est pas le moment !

 

Ne pas finir son assiette

Dans notre société occidentale, c’est mal vu de ne pas finir son assiette. Les enfants sont éduqués à finir leur assiette, à base des arguments suivants :

  • Finir son assiette montre qu’on est bien élevé
  • Cela montre de l’amour, de l’approbation envers la personne qui a préparé le repas
  • « En Inde, des enfants meurent de faim.« , donc on finit son assiette
  • On ne gaspille pas la nourriture.

nourriture

Mais depuis le début du podcast je vous dis d’arrêter quand vous n’avez plus faim ! comment contrer ces arguments débiles ?

  • Argument de l’amour : dites à la personne que vous l’aimez ou que c’était bon, mais que vous n’avez plus faim (c’est ce que je fais !).
  • « En Inde, des enfants meurent de faim » : faites plutôt des dons à des associations comme l’Unicef qui viennent en aide aux enfants, et continuez à écouter vos sensations de faim !
  • Argument du gaspillage : Manger quand on n’a plus faim (ET qu’on en est conscient, attention, il n’est pas question ici de manger parce qu’on n’a pas écouté ses sensations de faim, encore moins de TCA etc) est autant du gaspillage que de jeter la nourriture. Sauf qu’en plus, vous placez votre corps au même niveau que la poubelle.

Cas du gaspillage

Je ne vous dis pas de jeter des kilos de nourriture ici, et il est souvent possible de mettre les restes de son assiette de côté. Mais s’il vous reste un tout petit peu de nourriture… jetez-la.

Cela ne fera pas de vous une mauvaise personne, cela n’annulera pas vos valeurs, d’écologie, etc… Mais vous aurez montré que vous êtes une personne avec des besoins. Que vous vous écoutez, vous respectez, et respectez vos besoins, votre corps et votre santé. En d’autres mots, que vous n’êtes pas une poubelle.

Les autres solutions

Il est souvent très simple d’éviter de jeter de la nourriture :

  • Au restaurant :

Vous pouvez demander un « doggy bag » ! ou bien laisser la nourriture dans votre assiette si ce n’est pas possible. Je vous assure que le cuisinier s’en fiche. Si le serveur fait une réflexion, dites que vous n’avez plus de place. Ou encore, ne dites rien, ou promettez-vous de laisser un avis positif au restaurant …

  • Chez des proches :

Vous pouvez proposer d’emporter les restes si vous avez aimé, ou simplement les leur laisser. S’ils vous proposent quelque chose et que vous ne voulez rien, demandez simplement un verre d’eau. Je sais bien à quel point c’est difficile : avec mes grand-parents par exemple, qui ont connu la guerre, j’avais toutes les peines du monde à refuser de manger, de me resservir… Mais c’est possible ! Il est possible de dire à la personne que vous l’aimez, ou aimez sa cuisine, au lieu de manger.

 

  • Chez vous,

C’est plus simple ! Vous pouvez :

    • Mettre les restes de côté,
    • Les congeler
    • Les composter,
    • Les donner à votre animal de compagnie
    • Ou encore les jeter si vraiment vous n’avez pas le choix. La Terre ne s’arrêtera pas de tourner ! 

Et si vous n’y arrivez pas, parce que vos proches ont bien insisté, votre grand-mère a fait votre gâteau préféré ou le risotto du restaurant était beaucoup trop bon : ce n’est pas grave ! Mangez (ou buvez) en étant simplement conscient.e de manger sans faim, juste pour faire plaisir, ou parce que vous faites une exception.

Eviter de se retrouver avec de la nourriture dans son assiette

Pour mieux observer vos sensations de satiété et éviter de vous retrouver face à une assiette pleine de nourriture et en n’ayant plus faim, j’ai quelques pistes :

  • Manger dans une petite assiette

Ça a l’air tout bête, mais ça m’a bien aidée à écouter mes sensations. Chez moi, je prends presque systématiquement une petite assiette. Et je ne me ressers presque jamais.

  • Faites-vous un plateau

Préparez-vous un plateau, avec tout ce dont vous avez besoin en petites quantités (par exemple, un morceau de pain au lieu de la baguette entière). Pour le plat, servez-vous dans votre assiette et laissez le plat dans la cuisine.

  • Poussez votre assiette

Quand vous avez fini, poussez votre assiette, débarrassez… Comme je le dis dans l’épisode précédent, laisser de la nourriture devant vous quand vous n’avez plus faim risque de réveiller nos vieux réflexes, de manger juste pour s’occuper les mains ou par ennui. La meilleure solution est de tout débarrasser.

  • Petit exercice

Pour les 10 prochains repas, décidez de laisser à chaque fois 2-3 bouchées dans votre assiette. Notez dans votre carnet comment vous vous sentez !

  • Entraînez vous à jeter

Je suis contre le gaspillage alimentaire bien sûr, mais j’ai vraiment franchi un cap le jour où j’ai jeté la fin de mon assiette parce que j’étais au restaurant et je ne pouvais pas l’emporter. Faites-le 2 ou 3 fois, au restaurant ou chez vous (surtout s’il ne reste presque rien)

  • Dites « Je le mangerai demain. ».

Tout simplement. Cela m’a aussi pas mal aidée au tout début de ma démarche, ou face aux tentations (pâtisseries …) Puis quand vous aurez pris cette habitude, vous pourrez ajouter « ou jamais » !

  • Affirmation positive

Je vous propose cette affirmation à répéter : « Je veux sortir de table en me sentant bien, nourri.e et pas en me sentant gavé.e. » Vous pouvez vous la répéter avant les repas, ou le matin au lever (ou créer la vôtre !)

  • Et n’oubliez pas le chiot rose à paillettes, ou toute autre pensée bête/rigolote qui vous aide à ne rester conscient.e pendant les repas ! (voir épisode précédent !).

chien rose a paillettes

Je suis consciente que tout cela est très difficile quand on n’en a pas l’habitude. Je suis passée par là : j’avais l’impression de faire quelque chose de surhumain quand je laissais de la nourriture dans mon assiette, et me sentais affreusement coupable en la jetant. Et pourtant aujourd’hui, c’est devenu un réflexe. Même s’il m’arrive parfois de manger sans faim pour faire plaisir, je suis régulièrement consciente de mes repas, et l’époque où je mettais mon corps au niveau de la poubelle est bien loin.

Pour aller plus loin :

Le Miracle Morning et les affirmations positives

Visualisation : pourquoi ça marche

Episode 4 – Reconnaître la satiété

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *